Bannière

La circulation de l'information comme facteur de promotion des services financiers rendus aux communautés rurales : le cas de la caisse populaire Desjardins de Saint-Henri de Lévis

Dans les systèmes économiques contemporains, certaines formes d'organisation collectives prospèrent en quelques années. L'explication se trouve dans leurs capacités colossales de s'adapter aux exigences de nouvelles conjonctures économiques, politiques et culturelles. Le changement rapide de ces conjonctures est à l'origine d'une renaissance extraordinaire des ¦uvres coopératives. Une coopérative change au fur et à mesure que son milieu connaît des bouleversements importants. Le changement s'inscrit dans une dynamique économique et sociale favorable au renouvellement des principaux groupes sociaux et des forces économiques. La coopérative fonctionne et se transforme, en transformant les composantes de son milieu. Par milieu, nous entendons cet ensemble territorialisé et ouvert sur l'extérieur qui intègre des savoir-faire, des règles et un capital relationnel. Ne constituant aucunement un système clos, " il est souvent rattaché à un collectif d'acteurs ainsi qu'à des ressources humaines et matérielles " . Il contient des entreprises (privées et collectives), les associations culturelles et socioprofessionnelles, les organismes publics et parapublics, les centres de formations, les centres de développement, etc.

Plus dynamique, toute coopérative se présente comme un carrefour où se croisent les multiples tendances déterminant les enjeux de la collectivité à qui elle appartient. Sa dynamique lui permet d'enrichir le savoir-faire collectif et d'en faire profiter toute la communauté. Divers spécialistes expliquent que les contributions des coopératives à la revitalisation des valeurs sociales et culturelles des communautés sont étroitement liées aux capacités de celles-ci à développer un leadership collectif important. En fait, de multiples outils sont à l'origine de cette revitalisation. L'information est l'un des outils indispensables pour qu'une coopérative inscrive sa dynamique dans celle de la collectivité et pour qu'elle contribue efficacement à la mise en valeur des potentiels collectifs.

La circulation de l'information fait référence aux réseaux d'acteurs qui y sont impliqués. Sa nature et ses limites dans un territoire donné attirent l'attention des chercheurs provenant de différentes disciplines. Elle est abordée par de nombreux chercheurs issus de disciplines diverses (sociologie, psychologie, histoire, économie, linguistique, politologie, etc.,), qui l'étudient, chacun en fonction de perspectives différentes, qui pour en comprendre les mécanismes et les rouages, qui pour cerner ses retombées et ses effets sur les enjeux socio-économiques actuels.

La circulation de l'information suppose l'existence de réseaux d'acteurs locaux, régionaux et nationaux, qui se créent, le plus souvent, en fonction d'un nombre de dispositifs d'appui aux différentes stratégies. La pertinence de cette circulation informationnelle au développement des collectivités dépend largement des intérêts mis en jeu au sein de celles-ci. En ce sens, le succès d'un réseau informationnel résulte à la fois :

- Des capacités des différents acteurs à promouvoir une coopération et un consensus collectif plus au moins développé; coopération et consensus qui augmentent les capacités concurrentielles de la collectivité ;

- De l'expertise et du savoir-faire des acteurs et des agents impliqués dans le réseau en question.

Grâce aux soutiens des différentes composantes sociales et économiques de la collectivité, on comprend l'importance des contributions d'un réseau informationnel adéquat à l'enracinement de la coopérative dans son milieu économique, social et culturel. On comprend aussi que ces soutiens s'agissent d'une volonté collective à maintenir la collectivité bien vivante et, plus que tout, d'une action collective et consciente liée à la dynamique des acteurs innovateurs du même milieu. Souvent, ces derniers se présentent comme des porteurs d'un pouvoir obligatoire pour tout changement. " Une instance ou une collectivité ne peut s'affirmer que si elle détient un pouvoir ou une influence qui lui permettrait de se rendre indispensable " .

Il faut la détermination des principaux acteurs d'une collectivité pour aboutir à maximiser les effets positifs des réseaux informationnels et à mieux encadrer leurs retombées sur les activités économiques et financières qui y prospèrent. De ce point de vue, la circulation de l'information se présente comme une ¦uvre collective et consciente qui vise à renforcer la place de l'entreprise face aux conjonctures locales, régionales et nationales. Celles-ci sont de plus en plus exigeantes.

Sur la base de cette recherche qui porte sur les services financiers et le développement local, nous voulons ici rendre compte des effets des fusions d'institutions financières sur la circulation de l'information économique. Cette recherche veut effleurer quelques aspects qui peuvent affecter les communautés rurales face aux vagues de fusion de leurs institutions financières. On peut supposer que ces fusions ont comme effet la restriction du nombre d'agents par lesquels l'information économique est véhiculée, mais sans que cela affecte la quantité et la valeur de l'information circulée, au contraire. Nous tenterons de démontrer qu'une fusion, comme action donnant naissance à une nouvelle entité, peut favoriser une circulation dense et efficace de l'information ; densité et efficacité que l'on peut mesurer, ou tout au moins évaluer à partir de l'importance de ses retombées sur les activités de la coopérative et sur son enracinement social et économique.

Télécharger la version intégrale en format PDF

NOTE BIBLIOGRAPHIQUE

La circulation de l'information comme facteur de promotion des services financiers rendus aux communautés rurales : le cas de la caisse populaire Desjardins de Saint-Henri de Lévis, Lahcen Darhouani, mai 1999.


logo Desjardins

signature francais logo

 logo 25ansChaire