Bannière

L'implantation de la réingénierie dans les caisses populaires Desjardins

Durant les années 1990, la réingénierie des organisations apparut comme une des formes privilégiées de transformations des processus et des activités. Ceci devait permettre de hausser la performance et la rentabilité des entreprises, particulièrement celles qui connaissaient des difficultés et qui jugeaient avoir besoin d'un traitement choc ou d'un changement radical. Compte tenu du contexte de déréglementation et des pressions concurrentielles croissantes, le mouvement Desjardins s'est vu confronté à un questionnement majeur sur son positionnement commercial, sur sa performance et sur la pertinence de certaines de ses structures et surtout de son mode de fonctionnement. La décision d'investir sur une période de cinq ans plus d'un demi-milliard de dollars dans la réingénierie des caisses populaires illustre combien la direction de la Confédération des caisses populaires et d'économie du Québec (ci-après appelée la Confédération) jugeait la situation critique.

Ce cahier présente les résultats d'une recherche effectuée dans quatre caisses populaires sur les conditions d'implantation de la réingénierie et non sur les retombées financières et commerciales de celle-ci, puisque les caisses étaient en 1998 à compléter le processus et, en conséquence, une évaluation globale de tels résultats apparaissait prématurée à ce moment.

L'approche centralisée caractérisant les démarches entourant le projet de réingénierie des processus n'a pas permis aux acteurs locaux de se sentir en plein contrôle des changements à introduire dans leurs façons d'opérer. L'implication des salariés, même du syndicat local dans des cas moins fréquents, se limitait donc au niveau opérationnel.

Nous avons constaté qu'au-delà des différences entre les caisses syndiquées et non-syndiquées, le style de leadership des directeurs des caisses était au moins aussi déterminant que d'autres facteurs à l'égard de la satisfaction et de l'adhésion des employés, de certains résultats obtenus et de l'avancement de la réorganisation des activités et du travail. Somme toute, les pratiques observées n'ont pas présenté de différences fondamentales, y compris entre caisses syndiquées et caisses non syndiquées. L'implantation de la réingénierie s'est donc déroulée sans difficultés majeures et sans opposition ou résistance syndicale significative. Nos observations indiquent que la mise en place de la réingénierie se déroulait toutefois mieux avec l'implication des salariés.

On peut sans exagération ou présomption suggérer qu'une implication syndicale dans le processus aurait pu constituer une condition favorable additionnelle non seulement à une meilleure implantation des transformations, mais encore à des retombées plus intéressantes pour la rentabilité de la caisses et pour l'avenir de l'emploi et des conditions de travail des employés.

Télécharger la version intégrale en format PDF

NOTE BIBLIOGRAPHIQUE

L'implantation de la réingénierie dans les caisses populaires Desjardins, Michel Grant, José Bélanger, Dominique Thuot, février 2001.


logo Desjardins

signature francais logo

 logo 25ansChaire