Bannière

Analyse de l'effet réseau de diversification du risque au sein du Mouvement Desjardins

L'émission de parts permanentes par des institutions coopératives que sont les Caisses Populaires Desjardins du Québec a suscité un débat sur le risque (et le rendement) de ces titres. Ce débat portait en particulier sur la valeur des garanties réseaux découlant de la structure fédérative et confédérative du Mouvement Desjardins et sur leur pertinence pour évaluer le risque des émissions concernées. Ainsi, plusieurs analystes financiers questionnaient les mérites de ces émissions sur la base d'analyses de ratios évaluant le risque total d'une caisse plutôt que le risque du "portefeuille fédération" auquel elle est affiliée.

La présente communication analyse l'effet réseau de diversification du risque au niveau des onze fédérations et de la Confédération. Une analyse comparative de la dispersion des rendements des institutions financières canadiennes est d'abord effectuée; puis trois mesures de risque inspirées du modèle de base de Hamada (1969), Rubinstein (1973) et Mohr (1980) sont ensuite estimées pour chacune des onze fédérations. Les résultats obtenus montrent que l'effet de diversification du risque est réel et pourrait même être important. La dispersion des rendements de la Confédération est inférieure à celle de chacune des fédérations pour la période étudiée. De plus, l'analyse des régressions utilisées pour estimer les trois Bêta comptables montre que la variance du terme d'erreur décroît en fonction du nombre de caisses dans chaque fédération. Finalement, une seule des six plus importantes banques canadiennes possédait un risque inférieur à celui de la Confédération pour la période étudiée.

NOTE BIBLIOGRAPHIQUE

Analyse de l'effet réseau de diversification du risque au sein du Mouvement Desjardins, Michel Bergeron et Denis Martel, septembre 1991.

 


logo Desjardins

signature francais logo

 logo 25ansChaire