Bannière

La gestion du risque de taux d'intérêt : le cas des caisses populaires Desjardins du Québec affiliées à la Fédération de Montréal et de l'Ouest-du-Québec

Notre mémoire sur l'appariement a pour objet les 321 caisses populaires affiliées à la Fédération des caisses populaires Desjardins de Montréal et de l'Ouest du Québec (FMO). Dans ce mémoire, nous nous proposons d'étudier l'évolution du désappariement, depuis 1984, des caisses affiliées à la FMO. Après avoir effectué une revue de la littérature portant sur la gestion du risque de taux d'intérêt, nous formulons premièrement un modèle économétrique qui puisse expliquer leurs écarts d'appariement. Puis nous passons à la modélisation de la marge bénéficiaire de l'ensemble des caisses. Nous poursuivons notre étude en traitant de l'optimalité de l'appariement pour les caisses de la FMO. Nous y déterminons les niveaux de désappariement (risque) associés aux rendements maximaux espérés par celles ci.

Nous avons observé dans ce mémoire que la marge bénéficiaire des caisses populaires affiliées à la FMO réagit beaucoup aux fluctuations des taux d'intérêt. Le modèle de la marge bénéficiaire, inclut, au plan empirique, deux indicateurs du désappariement dont l'un est basé sur l'écart de durée du bilan d'une caisse. Lors de nos simulations, l'échantillon étudié n'a pu permettre de déceler lequel de ces indicateurs aurait la plus grande capacité prévisionnelle. Les résultats provenant de l'utilisation de l'un ou de l'autre de ces indicateurs sont pratiquement identiques. Par contre, théoriquement, l'indicateur basé sur la durée devrait être plus performant.

Nous avons pu observer qu'il existe un délai dans l'ajustement de la marge bénéficiaire à la suite d'une variation des taux d'intérêt. Dans une deuxième partie, nous traçons la frontière efficiente des caisses de la FMO pour laquelle la mesure du risque est le désappariement. Cela nous a permis de déterminer les proportions requises des diverses catégories de désappariement. On observe notamment dans cette partie que l'excédent des fonds non reliés, qui mesure le pouvoir financier d'une caisse, se doit d'être mis à contribution dès que l'on vise une marge bénéficiaire entre 3 % et 4 %, intervalle normal pour les caisses. Il n'est pas possible de déceler ce phénomène en se référant au modèle économétrique de la marge mais selon celui de la frontière efficiente, ce pouvoir financier permet, sans équivoque, d'atteindre un rendement espéré supérieur.

Télécharger la version intégrale en format PDF

NOTE BIBLIOGRAPHIQUE

La gestion du risque de taux d'intérêt : le cas des caisses populaires Desjardins du Québec affiliées à la Fédération de Montréal et de l'Ouest-du-Québec, Stéphane Brouillette, février 1992.


logo Desjardins

signature francais logo

 logo 25ansChaire