Bannière

Auxi-Plus : monographie de l'Agence coopérative d'auxiliaires familiales de Montréal

Auxi-plus est une coopérative de travail ayant dispensé des services à domicile sur le territoire de l'île de Montréal de 1986 à 1990. Ce projet initié par l'Association des auxiliaires familiales et sociales du Québec (AAFSQ) et soutenu par divers partenaires, en particulier la Coopérative de développement régionale (CDR) de Montréal, suscitait beaucoup d'espoir chez les auxiliaires familiales (AF). Jusqu'à la création de la coopérative, celles ci n'avaient comme seule ouverture soit le travail dans les agences privées qui n'offrent que le salaire minimum et qui font peu de place au perfectionnement professionnel, soit un poste d'auxiliaire familiale mieux rémunérée dans les CLSC. Ceux ci ont appuyé le projet d'une coopérative de travail dans le secteur des services à domicile, mais plusieurs ont progressivement retiré leur soutien en cessant de donner des contrats à la coopérative.

Notre cadre d'analyse s'inspire de la théorie de la régulation et d'un état des recherches sur le développement optimal des coopératives de travail. Selon la théorie de la régulation, I'État providence se décharge de ses responsabilités, notamment en matière de services à domicile, parce que le modèle de développement fordiste est remis en cause au début des années 1970 à maints égards, et surtout à la fin des années 1970 pour l'État providence. Comme c'était le cas il y a dix ans, l'État prend actuellement des mesures de redressement budgétaire qui ont parfois pour conséquence la privatisation ou la communautarisation de certains services. En ce qui concerne les services à domicile, I'attribution de contrats de services à des agences privées a été avantageuse, parce que ces dernières paient le salaire minimum à leurs travailleuses

Auxi-plus devait permettre d'améliorer les conditions de travail des AF et offrir un service de meilleure qualité que les agences privées, parce qu'Auxi-plus accorderait une plus grande attention à la formation et responsabiliserait les travailleuses propriétaires. Or, plusieurs phénomènes n'ont pas permis à Auxi-plus de constituer une alternative durable aux agences privées. En fait, Auxi-plus est pratiquement devenue une agence vouée à la distribution de tâches. La présence d'un groupe fondateur trop restreint n'ayant pas pu réaliser une véritable association de productrices, la croissance incontrôlée, I'organisation du travail atomisante, la dégénérescence des objectifs et la mauvaise gestion expliquent pourquoi les derniers bilans financiers étaient négatifs. Les auteurs croient que les coopératives de travail peuvent avoir du succès dans les services à domicile. Il faudrait qu'au niveau national, régional et local, le point soit fait sur la prestation des services à domicile par les associations, les coopératives, les CLSC et les agences privées, et sur les conditions à réunir pour lancer des projets durables.

Télécharger la version intégrale en format PDF

NOTE BIBLIOGRAPHIQUE

Auxi-Plus : monographie de l'Agence coopérative d'auxiliaires familiales de Montréal, Yvan Comeau, Raymonde Bourque, Yves Vaillancourt, janvier 1995.


logo Desjardins

signature francais logo

 logo 25ansChaire